dimanche 4 décembre 2011

Réponse de UGC

UGC, élégant et courtois, a nommément répondu à mon mail / post précédent sur "Pourquoi les Films en 3D doivent disparaître". Selon son explication, le problème viendrait des distributeurs. Je me demande néanmoins : l'infrastructure pour passer ces films a du représenter un investissement et les exploitants souhaitent avoir un retour sur investissement sur ceux-ci. La faute vraiment aux réalisateurs ?

Cher Abonné,

Nous donnons suite à votre courriel et vous remercions d’abord ce sujet avec nous.

Tout d’abord, nous vous précisons que notre métier est de diffuser les films tels qu‘ils nous sont fournis par les Distributeurs sans émettre d’avis qualitatifs quant à l’intérêt du format 3D.

Sur ce sujet, nous vous rappelons que lors de la sortie d'AVATAR, nous ne souhaitions pas imposer cette technologie à nos spectateurs. L'actualité autour du format 3D en salle de cinéma étant ce qu'elle est aujourd'hui, de nombreux cinémas UGC sont équipés du matériel nécessaire à ce type de projection.

Toutefois, nous offrons la vision de ces films en 2D dans nos cinémas, selon les disponibilités qui nous sont offertes.

Sur certains films il est possible que seule la 3D soit à l'affiche, car peu de copies du film sont disponibles dans le format 2D. Nous restons tributaires du nombre de copies 2D/3D mises à disposition par les distributeurs, qui restent en la matière seuls décisionnaires du plan de diffusion d'une œuvre.

Nous déplorons que les réseaux indépendants d’UGC aient choisi la « 3D active » ce qui entraîne les désagréments que vous nous relatez. Pour éviter la majorité de ces désagréments le réseau UGC a opté pour la « 3D passive » les lunettes sont vendues 1 euro, ne contiennent aucun élément électronique susceptible de présenter un dysfonctionnement. Ces lunettes  sont a conserver en fin de projection puisque réutilisables.
Ce qui vous en conviendrez répond à vos remarques relatives aux fils d’attentes et à l’hygiène.

Nous espérons avoir répondu à vos interrogations et restons à votre disposition.

Bien Cordialement,

P.G.V.

Service Abonnés UGC

3 commentaires:

  1. Une bien belle réponse que celle-ci, puisque pipeau quasiment du début à la fin.

    Concernant Avatar, la vérité n'est pas "nous ne souhaitions pas imposer cette technologie à nos spectateurs" mais plutôt "nous avions renouvellé l'intégralité de notre parc de projecteurs analogiques quelques années plus tôt et ne voulions pas entendre parler du numérique, nous sommes complètement passés à côté d'Avatar qui a fait un bide retentissant dans les cinémas UGC, et nous sommes massivement équipés en numérique par la suite".

    Et ne parlons pas de "le réseau UGC a opté pour la « 3D passive »" qui est un pur mensonge, puisque j'ai subi Toy Story 3 à l'UGC des Halles équipé de lunettes actives qui faisaient mal au nez, ternissaient les couleurs de l'image, ont coûté quelque chose comme 3 Euros de rab, et que le cinéma s'est permis de couper le court-métrage Pixar d'avant-film pour passer plus de pubs.

    Merci bien le service abonnés UGC pour ce numéro d'équilibriste de haute voltige.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne comprend pas cette histoire de nombre de copies. Avec le numérique il n'y a plus de problème de tirage de pellicules.
    Donc toutes les salles de cinémas de France pourraient sortir un même film toutes ensemble le même jour.

    Avec le numérique, je ne comprend pas. Si UGC dit "nous avons 50 cinémas qui veulent tous la version 2D de ce film qui sort la semaine prochaine", rien, absolument rien, n'empêche un distributeur d'envoyer la copie à toutes ces salles / d'autoriser toutes ces salles à la télécharger.
    Si ce n'est éventuellement une tactique économique obscure et crétine.
    En même temps quand on voit ce que faisait (et rêve encore de faire) les éditeurs de musique avec nos fichiers numériques si on les laisse faire, j'imagine aisément les studios et les distributeurs de cinéma inventer un maximum de règles illogiques et sorties de toute nécessité, dans le simple but de contrôle au maximum toutes les pièces du puzzle (et donc jusqu'à la diffusion).


    Ensuite pour le choix techologique, ils ont tous des inconvénients.
    Les lunettes activent pourrissent l'image des films en 3D, mais les lunettes passives imposent des écrans métallisés qui dégradent l'image des films 2D (voir mon commentaire sur le billet précédent).

    RépondreSupprimer
  3. Oh boy j'avais oublié ce détail:

    « Sur certains films il est possible que seule la 3D soit à l'affiche, car peu de copies du film sont disponibles dans le format 2D »

    Foutage de gueule absolu, puisque les DCP des films 3D sont la plupart du temps fournis avec les DCP des versions 2D (quand il n'y a pas les deux dans le même DCP) et que strictement rien n'empêche un distributeur d'envoyer une version 2D à la place d'une version 3D... Cette histoire de "nombre de copies limitées" est un mensonge pur et simple, comme le relève le commentaire précédent.

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog