dimanche 13 mai 2012

Etude sur le Top-tweet et proposition d'algorithme

Bonjour,

Dans cet article je vous propose humblement un algorithme qui pourrait être celui du top-tweet. Humblement car bien entendu dans l'inconnu rien n'est certain et il n'est pas rare que je fasse des erreurs de raisonnement.

Je vais supposer que vous êtes familier de twitter, un réseau social d'où la majorité de vous, lecteurs de cet article et de ce blog de façon plus générale, êtes issus.

En plus de publier les tweets de chaque utilisateur, le service en ligne Twitter propose un certain nombre de services essentiels, les trendings topics notamment (d'un intérêt économique capital, j'espère en parler dans un prochain article, et dont l'algorithme est en revanche beaucoup plus simple), mais aussi la hiérarchisation des tweets publiés suivant un thème précis, la suggestion de followings...etc...

Nous allons nous pencher sur le "top-tweet".


Twitto tentant le top-tweet

Twitter sélectionne, par groupement linguistique, certains tweets selon une méthode non dévoilée, officiellement automatique. Ces tweets sont supposés être représentatifs de twitter "here and now". C'est un arrangement dynamique, dont la fréquence de publication est régulière.

Les top-tweets étaient auparavant publiés sur la homepage de twitter. Désormais, ces tweets sont simplement retweetés par @toptweets_fr.

Avant d'aborder l'étude proprement dite de la structure du top-tweet, posons nous la question de l'intérêt concret du top-tweet.

Pour beaucoup d'habitués de twitter, être top-tweet revient à recevoir une forme de reconnaissance sociale, un peu comme la légion d'honneur ou le bon point de votre école primaire. Mais à part la gloriole ?


@desgonzo tentant le top-tweet © @thelightcarrier

Autrefois, la visibilité d'un "top tweet" était considérable : non seulement elle était sur le compte @toptweets_fr, mais également sur la homepage, c'est à dire visible par toutes les personnes utilisant twitter depuis le client web et se loguant. Cette différence est cruciale : si vous vous connectiez depuis votre machine (oui, vous, là au bureau, qui le faites en session privée pour ne pas vous faire prendre par votre boss) 10 fois par jour sur twitter, vous aurez vu 10 fois les top-tweets courants.

Aujourd'hui être top-tweet revient à être retweeté par @toptweets_fr, c'est à dire être retweeté par un compte supposé de qualité et visible par tous ses followers, c'est à dire au moment de l'écriture de cet article 200 192 personnes.


Quelques top-tweets

C'est pas mal (surtout si vous avez seulement 17 followers), mais ce n'est pas le saint Graal de l'audience twitter. Ainsi, si par exemple vous êtes retweeté par Nikos Aliagas (@nikosofficiel), 301 061 abonnés au moment de l'écriture de cet article, vous bénéficiez d'une audience 1,5 fois plus étendue.

Autre argument, à la différence de la formule "top-tweet sur homepage" antérieure, le fait d'être dans un compte @toptweets_fr vous offre une publication ponctuelle dans une timeline. Ainsi, si vous êtes toptweet à 10h du matin (bon créneau d'audience, râlez pas), quelqu'un qui se logue à 18h et qui a, par exemple, 300 abonnements (en moyenne les twittos actifs, donc susceptibles de vous retweeter à leur tour ou de s'abonner ont bien plus), vous zappera complètement. Note : les applis Ipad de Twitter montrent les top-tweets sur un espace spécial, mais les utilisateurs de smartphones n'ont absolument pas de vision sur le sujet.

De plus, @toptweets_fr retweete avec l'impassibilité d'airain des mathématiques ; sans volonté malicieuse ou d'espérance. Ainsi, si vous dites une bêtise énorme ou commettez une faute de communication classique, apanages de Mickael Vendetta et autre-ancienne-ministresse-de-droite-dont-je-tairais-le-nom, des twittos pourront vous retweeter par moquerie ou pour vous mettre face à votre propre indigence. De même, @toptweets_fr n'est d'aucun clan et d'aucune filiation : il ignorera la subtilité d'une ironie pour privilégier la platitude d'un lycéen, il n'a pas la mission de s'autopromouvoir ni d'élever le niveau du média twitter, il en est juste une photographie sans photographe.

Ce melting-pot sans politique éditoriale douée de conscience n'est pas garant  de qualité ni de compatibilité avec votre propre plaisir de lecture (je vous laisse le constater). Les lecteurs ne vont pas forcément vous retweeter à leur tour, vous favoriter...etc...au contraire, quand un compte bien dodu et rempli de followers-fans vous cautionne, il met en quelque sorte sa propre image au service de la vôtre ; il dit de vous à ses followers "vous m'aimez ? vous l'aimerez. ".


Mon 1er top-tweet. J'ai été si triste que ce soit pour dire du mal de quelqu'un.
Mais ainsi va le monde. Qu'il est doux de villipender.

Pour vous donner une idée, à titre personnel, être top-tweet (cela m'est arrivé 19 fois) m'a rapporté en moyenne "seulement" 100 followers. Un FF bien tourné de @landeyves, 27 000 followers à l'époque, m'en a rapporté 400 en deux jours. Et sur twitter, les tweets passent, mais les followers, si vous êtes fidèle à vous même et sincère, les followers restent : ils sont, tous comme les chiffres de vente d'un livre, les seuls indicateurs de votre performance ; et encore, on achète parfois des livres pour se la jouer, pour offrir ou pour décorer, là, si on vous suit, c'est pour vous lire et uniquement vous lire.


Dogbert, un twitto comme les autres

Scott Adams, créateur de Dilbert, a déclaré : "si quelqu'un dit que votre travail est bien, cela ne veut rien dire. [en raison des conventions sociales, ndfb] En revanche, si quelqu'un prend votre travail et dit : écoute, c'est très bien, j'ai envie de le montrer à un ami ! - là, vous pouvez être certain que vous avez fait du bon travail. " C'est le principe, la gloire et la beauté de Twitter, ce nouvel espace littéraire de vrais durs ; c'est aussi la substance d'une vraie bonne recommandation - les FF du vendredi, ou les retweets réguliers.

Autre point, qui suit @toptweets_fr ? C'est un vaste et long débat, on pourra en parler un jour, mais quand quelqu'un s'abonne sur twitter, il est invité à suivre un certain nombre de comptes - en fait invité est un mot poli pour obligé. Les grands comptes francophones ou institutionnels sont suggérés, au rang desquels @toptweets_fr. Ainsi ce compte est également suivi par le bot du coin, l'entreprise de bronzage ou de réparation de pare-brise qui est là pour de la visibilité, les comptes de tests fictifs ou expérimentaux...tandis que ceux qui suivent des personnalités particulières le font pour une raison déterminée.

Enfin, et ce sera le dernier point, @toptweets_fr vient vous féliciter après la bataille. Le flux d'abonnements suite à un top-tweet ne sont généralement pas du à la qualification en tant que top-tweet de votre tweet, mais tout simplement à la reconnaissance de votre tweet comme bon. Les gens apprécient votre tweet, le retweetent, s'abonnent - et x secondes, minutes plus tard, ce processus ayant rencontré certaines conditions détaillées ci-dessous, vous êtes top-tweet. Fin de l'histoire, votre tweet peut désormais sombrer dans l'oubli.

La situation francophone, française et presque parisienne (on pourrait zoomer sur le 10ème arrondissement de Paris, voire jusque dans l'appart de @vincentglad) de twitter nous donne un usage particulier de celui-ci, dans une continuité d'une certaine déontologie de lecture / écriture classique - la présence, nombreuse, de journalistes tous statuts confondus (entendre par là : un max de stagiaires donc un peu idéalistes) n'y est pas pour rien. Ainsi Twitter est d'un usage "évident" pour vous français : vous aimez quelqu'un, vous le followez. Vous ne l'aimez pas, vous l'unfollowez.


Et @vincentglad, comme nous tous, observe le flux des followers des autres


Aux Etats Unis, dans la moyenne des comptes (vous avez bien lu : la moyenne des comptes, c'est à dire les twittos actifs moyens, me sautez pas dessus hein), c'est très différent, la stratégie d'accumulation de followers est plus importante que la qualité de publication et cette dernière n'est pas un argument fort pour capter du follower. En fait, tweeter devient moins important que récupérer de l'audience (par des techniques de style farming par followback massif, etc...).


Lady Gaga (ou quelque esclave) a cliqué 140 000 fois sur "Suivre un twitto",
ce qui correspond à taper un roman (très ennuyeux) de 70 pages.
Voici une perversion typique de twitter : il est impossible, même sous
forme de liste, de suivre 140 000 twittos. Ce compte n'existe que
pour l'accumulation de follower et la promotion d'informations.
En échange, qu'obtiennent les twittos suivis, sinon la certitude
qu'ils seront méprisés ? (réponse : être dans les suggestions
de 24 millions de twitter, ce qui est énorme).

C'est une perversion classique d'un domaine libre qui devient économique ; exactement comme le marché du football où la cote des clubs et des joueurs, leurs échanges, devient plus importante que les matchs eux-mêmes. Virtuellement, c'est le cas également le cas de la simulation de clubs de football Hattrick. Réunissant des centaines de milliers de joueurs en ligne, ce qui était au début un jeu pour créer une équipe parfaite et remporter des tournois est devenue un jeu de cote boursière de joueurs. Idem avec l'exploitation chinoise de Wow...etc...

Dans ce contexte, être top-tweet devient un réel enjeu : vous êtes répertorié dans des classements spéciaux, vous êtes un référent de dynamique d'audience indépendamment de ce que vous tweetez : mes remarques précédentes sur la captation d'audience deviennent absurdes.

Ceci ayant été dit, penchons nous sur les top-tweets.

On peut déjà constater que les top-tweets ne sont pas "simplement" les tweets les plus retweetés.

Je parle en conséquence de cause puisqu'il m'est arrivé d'être top-tweet avant d'arriver aux 50 retweets - observation empirique et soumise à la latence des serveurs. Et c'est normal : la loi des chiffres montrerait alors qu'en moyenne des tweets médiocres de comptes à +300K seraient systématiquement plus retweetés que ceux particulièrement plébiscités des comptes à +1K followers..

Il faut donc pousser la réflexion plus loin.

On peut poser les hypothèses suivantes sur la base du constat et du bon sens :

1) Le nombre absolu de retweets ne compte pas, mais le retweet étant la seule forme d'interaction pure (avec les favoris), les retweets doivent être pris en compte d'une certaine façon. (interaction pure =/= réponse à un tweet)

2) Les favoris sont, en France, utilisés à raison de 1 sur 100 retweets (statistiques perso). Ils pèsent peu dans la balance et je propose de les considérer en terme de poids comme un retweet.

3) Le top-tweet, comme les trendings topics, sont liés à une actualité, à une "photographie de l'instant". Ainsi, si un tweet plébiscité obtient, disons, 50 000 retweets étalés sur 10 ans, seuls les premiers instants comptent. Il arrive que des tweets anciens, comme des serpents de mer, reviennent en popularité (enfin, pas plus anciens que la barrière actuelle des 3 200 tweets), mais jamais jusqu'à la place du top-tweet (sauf plagiat).

4) On remarque qu'hormis les gros clients du top tweet (@Maitre_Eolas, @landeyves...), il n'est pas rare d'avoir des comptes au nombre de followers modeste : 500, 1000, 1500 publiés en top-tweet.

5) Il n'existe pas de moyen, à ma connaissance, de tweet-bomber l'algorithme comme une opération de google bombing. Autrement dit on ne peut pas faire cette opération fictive : vous avez 2500 faux comptes (ca arrive...) qui retweetent votre tweet et vous êtes top-tweet.

6) Par extension, si vous avez un "bon ami" style Nikos "300K" qui retweete votre tweet, ce n'est pas par une action, celle de son retweet, qui va positionner votre tweet en 1ère position. Déjà parce que ce serait une façon de tweet-bomber, et d'autre part parce que cela laisserait l'outil top-tweets dans les mains d'une oligarchie médiatique.

7) La puissance de calcul des serveurs de twitter est limitée, et l'algorithme top-tweet n'est plus une priorité pour l'entreprise.

8) Il n'y a pas de liens entre action d'être abonné et top-tweet. Si la captation d'un nouveau follower était un produit, on pourrait dire que le taux de transformation de votre communication n'a pas d'influence sur l'algorithme.

9) Un tweet "très retweeté" n'est pas "énormément" retweeté. Le "Yes we can" twitté par Obama a été retweeté 17 571 fois, soit quasiment 1000 fois moins que le nombre de ses followers.



Des conclusions possibles (et personnelles, nous sommes dans la spéculation) se dégagent de ces constats :

- la dimension virale ou "degrés de séparation" doit être prise en compte.
- il existe peut-être une pondération relative des tweets et des twittos
- le calcul si possible doit se faire avec le moins de variables en temps réel, à savoir le temps et le nb de retweet. (c'est un peu obscur mais ça prend du sens ensuite)

Sur la base de ces 3 conclusions on peut monter plusieurs modèles, en voici un que j'espère cohérent.

Parlons déjà d'audience.

Klout, un évaluateur d'influence numérique populaire, donne un score un peu biaisé (basé entre autres sur le fait qu'on parle de Klout, quel suicide...) mais dans son calcul parle du fameux "true reach".

Le true reach est le nombre de personnes que vous touchez par vos publications numériques.

Ce n'est pas simplement le nombre de vos followers twitter, facebook (enfin, j'espère pas pour Klout...cet article semble le dire, mais il s'avère faux pour des comptes français http://www.cloudave.com/14706/klouts-true-reach-simply-your-follower-count/ ). Le true reach correspond plus largement à la circonscription de territorialité d'audience.

Nous allons introduire arbitrairement des indices qui nous seront utiles par la suite pour borner des mesures de propagation :

Taux de Retweet Moyen 0 (du compte twitter, sur une période récente) = Nombre de retweet du compte / tweets du compte

Taux de Retweet Moyen de niveau 1 = Somme des Taux de Retweet des followers du compte

Taux de Retweet Moyen de niveau 2 = Somme des Taux de Retweet des followers des followers du compte

...etc...

Plus les niveaux augmentent, plus le taux associé est important (même s'il n'est que de 0.5 par compte, cela augmente exponentiellement).

On définit ainsi des "territoires d'influence potentielle" qui s'ouvrent progressivement.

Vous allez me faire remarquer que dans le Taux de Retweet Moyen 0, on compte la totalité des retweets et parmi eux des retweets de retweets, donc des retweets de niveau 1. En pratique c'est très rare. Vous vous faites retweeter par vos followers. Les rares cas où vos tweets pénètrent de façon significative des groupes de twittos éloignés de 1 ou 2 degrés de vos followers est justement...lors des top-tweets.

Le fait de prendre en compte les degrés de séparation et l'activité des comptes permet d'une part d'empêcher le risque de subversion de l'algorithme et émule naturellement la progression d'un meme social.

En gros, on est pas dans "son clan", à se dire nos petites private jokes.

Ainsi, en dépit de la fédération intense de millions de fans (francophones), Justin Bieber, s'il truste de façon constante les trending topics, ne truste pas le top-tweet board car les informations ne se diffusent pas en dehors de "la cour de récréation".


Pris comme un Messie par des gens ternes

Maintenant que nous avons cerné différentes zones de retweet parlons de dynamique de propagation.

En terme de viralité, une information ne se définit pas seulement par une vitesse (par exemple nombre de retweets / minute), mais également par une accélération ((nombre de retweets / minute) au temps 2 / (nombre de retweets / minute) au temps 1).

C'est un peu comme si vous criez "au feu !" dans un stade. Vous n'allez le pas le dire à une personne A qui va la dire à une personne B...etc...chaque personne, dès qu'elle aura l'information, va la crier à toutes les autres à sa portée.

Dans ce cadre, imaginons qu'un tweet soit retweeté au delà des limites de votre true reach, mais blang, se cogne soudainement contre un public non réceptif (hors de votre clan ou de votre groupe sociologique) : il n'y a aucune raison de le placer en top-tweet.

A présent voici ma proposition d'algorithme, qui prend peu de ressources machine pour sa mise en oeuvre.

- Considérons qu'à chaque compte twitter on calcule toutes les 24h son taux de retweet moyen de niveau 0 et 1 et on les lui associe.

- A chaque tweet lancé, on compte le nombre de retweets, et on note 3 informations :

1) date DC à laquelle le tweet est créé
2) date D0 à laquelle le nombre de retweets atteint votre taux de retweet moyen de niveau 0 (TRM0)
3) date D1 à laquelle le nombre de retweets atteint votre taux de retweet moyen de niveau 1 (TRM1)

On obtient un Taux d'éligibilité au top tweet T qui serait le suivant :

T = ((TRM1-TRM0)/(D1-D0)) / (TRM0/D0)

Prosaïquement, D0 est le moment où votre tweet est "plus retweeté que votre moyenne" et D1 le moment où votre tweet "commence à être retweeté par les followers de vos followers".

Plusieurs cas de figure sont ainsi possibles :

- Votre TRM0 est égal à 0 : vous n'avez pas de follower, vous ne pourrez pas être top-tweet.
- La date D0 n'arrive jamais : vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- La date D1 n'arrive jamais : vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- La date D1 arrive 1h après D0, vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- T est inférieur à 1 : vous avez atteint un taux de propagation supérieur à 2 degrés de séparation, mais dans une dynamique de propagation qui s’essouffle. @toptweets_fr vous place en favori, mais ne vous retweete pas.
- T est supérieur à 1 : félicitations, vous êtes éligible pour le top tweet ! Mais peut-être existe-t-il d'autres personnes aussi performantes que vous dans la tranche horaire de sélection. Les tweets concernés sont triés par ordre de T décroissant, et le T le plus élevé est sélectionné pour retweet, les autres placés en favori.


Parfois, abandonner requiert du courage

Quelles conclusions tirer de cette proposition d'algorithme ?

Premièrement, qu'il est plus facile d'obtenir un top-tweet avec des petites valeurs de TRM0 et de TRM1, donc en ayant peu de followers, moins de 1 000. Ou, dans le cas totalement inverse, en ayant une audience massive avec plus de 50 000 followers.

Deuxièmement, que la nécessité d'avoir des retweets rapides et augmentant en vitesse peu après la publication du tweet implique que vos followers soient actifs au moment de sa publication. Évitez donc de publier vos bons mots à 3h du matin.

Troisièmement, que la dimension virale est plus importante que le nombre absolu de retweets, et qu'il faut toucher par votre tweet les membres en dehors de votre sphère d'amis / de spécialité / clanique et qu'ainsi les tweets "universels" ou transversaux sont privilégiés. Les bons mots opposants les hommes aux femmes ou le bon vieux temps au moderne, les considérations générales sur twitter lui-même, le relais d'une information d'actualité capitale, les opinions politiques généralistes sont des éléments plus susceptibles que d'autres de se retrouver en top tweet.

Troisièmement - corollaire, qu'il faut à terme diversifier sa communication. Si vous parlez non-stop de cosmétiques, parlez de temps de jeux vidéo ; si vous êtes dans l'humour absurde, tentez une considération philosophique intime. Essayez de toucher ce public qui rêve de vous connaître et qui est simplement voisin de vos voisins.

Pour finir cet article ne répond pas à une question fondamentale : comment réaliser un tweet qui soit retweeté ?

Réponse : soyez sincère, c'est tout.

FibreTigre
@FibreTigre

10 commentaires:

  1. Chouette article. Quelques réserves néanmoins sur la phrase "...pour vous français : vous aimez quelqu'un, vous le followez. Vous ne l'aimez pas, vous l'unfollowez." Nous avons autant (proportionnellement) de spammeurs/farmers Twitter en France qu'aux States.
    Et même sans être un farmer, on peut suivre quelqu'un que l'on n'aime pas, comme on peut lire le Figaro en votant Hollande.

    Mais bravo quand même pour cet article sacrément intéressant.

    RépondreSupprimer
  2. Je reste quand même convaincu qu'il y a un humain qui sélectionne "en bout de chaîne". Maintenant que Twitter a grandi, ça m'étonnerait qu'ils ne contrôlent pas ce qui se publie sur les comptes qu'il administre.

    RépondreSupprimer
  3. superbe ton article, il faudra que je le relise à tête reposée. J'adore la réponse à la dernière question, car bien que non spécialiste j'ai toujours pensé ainsi!
    Sinon petite coquille à la fin "parlez de temps de jeux vidéo" je suppose que c'est de temps en temps, et comme je ne peux t'envoyer de DM je suis obligé d'en parler ici.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour vos retours positifs !

    @Cyroul : Ta remarque est juste, mais j'ai un compte américain...et oui, c'est vraiment différent. J'ai vraiment l'impression au quotidien que le service de "tweets", c'est à dire d'écriture de tweets, n'a pas d'importance sur twitter. La plupart des gens ont +2000 FOLLOWINGS donc ils ne peuvent rien lire. Seuls comptent les followers. Je suppose que les DM doivent bien fonctionner aussi...

    @Srsim : c'est possible. Twitter reste opaque sur l'algorithme mais dans un interview un responsable avait nié qu'il y ait une sélection (enfin, cela ne vaut pas grand chose). Je pense que c'est comme Google en fait : ils peuvent modérer mais après coup. En fait, s'ils contrôlent en amont, cela leur pose un réel problème juridique, car si un tweet sensible ou contraire à la loi passe "par erreur" ils ne peuvent rien faire sinon s'excuser. Tandis que si "officiellement" ils ne contrôlent rien, la responsabilité du tweet revient sur l'auteur.

    @Lam : :-)

    @Fred : Merci !

    RépondreSupprimer
  5. Article très intéressant sur une question que tout tweep qui tente de "jouer" à twitter se pose à un moment ou à un autre. On essaie de comprendre la logique du top tweet en fonction des RT, des fav, du true reach, et pourquoi pas des RT "manuels" même, des sujets à la mode, des clans atteints, des cercles franchis, du contenu des tweets...

    Mon hypothèse à moi est qu'il y a effectivement quelqu'un d'humain qui fait la dernière opération sur top tweet.

    Je me souviens que sur les anciennes versions de twitter web, la page du compte @toptweets_fr n'avait pas de TL en propre. Il manquait carrément l'onglet. A la place de la TL il s'agissait de l'onglet des... favoris ! (je n'ai pas de capture d'écran et je peux me tromper mais bon...)

    D'autre part, on remarque que certains sujets ou types de tweets sont plébiscités à certains moments et pas à d'autres. Il y a un an l'affaire DSK faisait débarquer des milliers de nouveaux inscrits sur le site par curiosité pour l'info et @twoptweets_fr relayait énormément ce type d'actu (d'ailleurs toujours estampillé twitter dans les esprits) alors que d'autres sujets d'actu passent parfois à l'as. L'été, période de ralentissement de l'activité du site, @toptweets_fr mettait en avant des armées de kikoo aux tweets tous plus niais que les chaleurs abrutissantes de l'été. J'y voyais une tentative claire de rameuter ces jeunes qui s'ennuient l'été.

    Enfin, mon dernier argument est fondé sur une évidence (que je n'ai donc pas à démontrer): twitter est un média, chaque compte de top tweet (car il y en a un par pays) est l'équivalent de sa vitrine officielle du jour, dont on change les produits selon des besoins et les nouveaux arrivages.

    D'ailleurs la décision de virer top tweets de la homepage est difficile à comprendre... sauf si on verse dans le cynisme et qu'on se dit qu'avant toptweets faisait les tweeps alors que maintenant ce sont les tweeps qui servent toptweets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Et ben moi avec moins de 666 followers, j'ai eu 3 TT et sans avoir eu à vendre mon âme au diable.

      MA

      Supprimer
  6. Hello cher Trollamoure,

    Comme dit plutôt, je pense que pour des raisons juridiques notamment et ayant trait aux procès en diffamation qui sont monnaie courante (voir dans notre paisible France l'affaire récente Copé/Soymalau), Twitter n'est pas modéré.

    Effectivement s'il y a préjudice, comme la diffamation (rappelons que DSK demande 1 million $ à N. Diallo en ce sens), le diffamé peut se retourner contre l'auteur ET le média, en disant "oui mais vous cautionnez la diffusion", surtout que le média, ben justement, il a bien plus d'argent que le contributeur. Ainsi, s'il était démontré que twitter modérait les top tweets, il serait totalement responsable de leur publication.

    Ce n'est donc pas le cas.

    Et tu as raison de dire que les top tweets sont des vitrines : devant leur relative indigence, il est possible que twitter en ait minimisé leur diffusion en les releguant sur un compte au final moins followé que les twittos français célèbres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord avec ton argument sur la légalité et la responsabilité mon cher FibreTigre...

      A moins qu'on pense vraiement que RT c'est tweeter.

      Et puis on les voit ces tendances. Elles sont tout sauf naturelles. Il est évident qu'il y a au moins des mots bannis des tweets. J'en veux pour preuve que les tweets trop engagés au moment de la campagne n'ont jamais fait de toptweets malgré des quantités de RT significatifs.

      J'ai longtemps cru aussi qu'il y avait une liste noire des toptweeters puis un jour j'ai vu la ganache d'Hitler en Marilyn en TT : )

      Supprimer
  7. fautes par millions dans mon précédent post, la journée a été longue

    RépondreSupprimer

Merci de lire mon blog