lundi 28 mai 2012

Prototypes étonnants d'Arkana des Mondes Engloutis, et quelques mots sur les illustrations SF

Les Mondes Engloutis est une série animée française datant des années 80, une série pas vraiment conventionnelle et plutôt marginale : le scénario global est assez obscur, sans résolution réelle au final (même s'il y a un final), les personnages sont plutôt des symboles et leurs aventures des métaphores.


Des goulags, Nina Wolmark, Vladimir Cosma : la vague venue de l'est

C'est une série TV de paradoxes, celui qui m'amuse le plus est sociologique : à la tête de cette série destinée aux enfants, il y a Nina Wolmark, une sociologue du travail née à Minsk, et la thématique qu'elle a voulu inspirer comporte un propos politique, disons..."humaniste" évident (l'artiste de Rap engagée Keny Arkana tire son nom d'Arkana objet du présent article) mais c'est une série qui comporte plus de produits dérivés que Georges Lucas pourrait en rêver - citons par exemple un boys band junior créé pour commercialiser les chansons de la série. Ce qui est plus triste dans cette sur-marketisation de la série, c'est qu'elle a eu un impact direct sur les scénaristes et leur qualité de travail, ceux-ci étant pourtant des profils affirmés de la SF française.

Ainsi Christian Grenier qui a scénarisé quelques épisodes parle de deadlines infernales (3 jours pour écrire le scénario d'un épisode à partir de 0), de 10h à 15h de travail par jour (ce n'est pas un rythme bon pour la production littéraire de commande), mais surtout du fait qu'il doit placer UNE FOIS PAR EPISODE une chanson du boys-band suscité, ou devait parfois réaliser des épisodes avec 80% voire 90% de plans déjà réalisés dans les épisodes précédents par manque de budget...(pourquoi sortir un épisode alors sinon pour des raisons économiques ?!)


Grand prix de Littérature pour la jeunesse
+ floppée d'autres prix

En dépit de ce paradoxe économique, les Mondes Engloutis reste une série pas forcément agréable à regarder - elle se trimballe au rythme (lent) d'une autre époque - mais dont la créativité scénaristique et visuelle est étonnante, voire unique. Si Jean Giraud (Moebius) ou Caza ne sont pas cités, leur influence est majeure, tout comme Mezières.

L'histoire en deux mots : un groupe de voyageurs arpente les strates de la Terre qui sont aussi les strates de l'inconscient collectif de l'humanité, à la recherche du moyen de sauver une cité, Arkadia, elle-même métaphore du mythe Atlante. Leur recherche leur fait comprendre qu'Arkadia est un régime totalitaire qui a banni la plupart de ses sujets dans lesdites strates et que le centre de sa souffrance est justement la division de ce peuple. C'est en réunissant ce peuple éparpillé qu'Arkadia pourra non pas se soigner, mais atteindre une forme de transcendance, en partant vers les étoiles.

Il y a presque un an se tenait une vente aux enchères incroyables de crayonnés et de cellulos des séries animées des années 80. Un fonds énorme venait d'arriver sur le marché, mais à l'époque je m'intéressais surtout aux mystérieuses cités d'or et il y avait très peu de pièces relatives à cette série.



Cependant, cette vente aux enchères a permis de délivrer au grand public des crayonnés fabuleux concernant Arkana, l'héroïne synthétique de la série.

Voici Arkana dans la série et telle que nous la connaissons :


Voici Arkana dans les dessins de la vente aux enchères :


Une Arkana mi-fleur mi-créature aquatique,
dans un style très "Caza"


(La coiffe d'Arkana est un élément de l'intrigue, décrite
dans la Bible de 100 pages de la série, on la retrouvera
sur tous les prototypes...)




Encore une autre version !


Une autre version "végétale". A ses cotés, on remarque
une première version de Bob qui ressemble de façon frappante
à Télémaque d'Ulysse31...série qui sera réalisée par N. Wolmark par la suite !



Arkana et un pangolin surpris par un pirate des strates !
(vous remarquerez que les pirates étaient moins anthropomorphes
que dans leurs versions finales !)



Arkana sur le Shagshag (Therig dans la version anglaise pour des raisons - hum - évidentes)
A noter que même le vaisseau-tortue était très différent de sa version finale !



Arkana arpentant Arkadia

Avec notre oeil des années 2010, on note une déperdition forte de l'originalité graphique entre le prototype et le résultat final ; un constat inverse de ce qu'on a pu voir avec les mystérieuses cités d'or où l'on prenait des designs japonais très standards que l'on personnalisait fortement.

A présent, Les Mondes Engloutis étant une série déjà fortement hermétique, et destinée à être déclinée en produits dérivés à l'attention des enfants, les designs trop sexualisés et étranges devaient être exclus. Je n'ai personnellement aucune formation ni culture graphique mais je pense que pour un enfant, on peut lui proposer une grenouille qui parle (comme un pokémon) ou une jeune fille innocente (comme l'Arkana finale) mais une grenouille sexy, c'est peut-être pas vraiment la cible enfant.

Au visionnage de ces dessins qui héritent d'un style très Moebius - années 70, j'ai soupiré et j'ai rouvert mes gros recueils d'illustration SF. Il y a eu cette période où l'Europe a vraiment tiré vers l'avant tout ce qu'on appelle aujourd'hui le "Concept Art" SF et qui devait pas trop avoir de nom à l'époque.

Voici quelques exemples :


Caza peint R. Daneel des "Cavernes d'Acier"
d'Asimov



Confrontations de Robots de Manchu, le maître des Vaisseaux
et autres mécaniques de l'espace. Il a également illustré le JDR français (ta-da)
Empire Galactique, et réalisé des illustrations réalistes de l'espace.



Moebius...



Mézières avec Valerian et Laureline...

Au cas où vous ne le sauriez pas, il existe une polémique selon laquelle Star Wars se sera largement inspiré du travail de Mézières pour la conception visuelle de son univers. En dépit des évidences, Georges Lucas n'a jamais daigné répondre (à ma connaissance) sur le sujet.


A gauche, dans Valérian, à droite dans Star Wars
(Je ne sais pas qui a créé ce montage qui circule sur internet, s'il veut bien
se montrer, je serai ravi de le créditer !)

Mais Mézières n'a pas manqué de réagir assez finement :



Aujourd'hui la BD franco-belge est un peu normalisée pour des raisons de marketing (même la bd indépendante semble être normalisée "indépendante").

Mais le monde a changé bien entendu, avec l'intervention de nouveaux secteurs. Il est probable que des concepteurs d'univers futuristes s'investissent aujourd'hui plus dans la maîtrise d'outils informatiques non destinés à l'illustration pure ; je pense bien sûr à l'univers des jeux vidéo dont l'économie dépasse celle du cinéma depuis quelques années. Un univers qui reste hélas très secret et très hermétique sur ses développements afin d'éviter l'effet Mézières-Star Wars et autres "inspirations ingénues" - il est certain que d'inestimables prototypes qui pourraient nous faire rêver resteront dans le secret vigilant des éditeurs de jeux vidéo - et pour ceux qui ont disparu, dans leurs tombeaux.

lundi 21 mai 2012

Jon Snow est-il un Targaryen, et les personnages de Game of Thrones vont-ils tous mourir ? (sans spoiler)

Bonjour,

Cet article va traiter de théories qui ont aujourd'hui plus de 10 ans et qui ne vont pas plus loin que les premières pages du premier livre de La Geste de la Glace et du Feu et des premières minutes de la série TV qui en est l'adaptation. Vous pouvez donc lire en paix.


Hommage à la littérature américaine, je vais commencer par une anecdote ultra précise mais pas vraiment liée sur le sujet.

J'ai un ami que je ne vois pas souvent, disons une fois tous les 5 ans. Chacun a sa définition précise de ce qu'est un ami, moi je n'aime pas trop parler aux gens et encore moins absorber des liquides dans des endroits inconnus ; quand on se voit on ne dit rien, on joue à Magic et c'est tout, voilà ce qu'est un ami pour moi. Précisons aussi que cet ami lit une fois par an, comme un pèlerinage, le Seigneur des Anneaux (et le Silmarillion une fois tous les cinq ans). Concomitamment à ce pèlerinage, il prend le temps de méditer sur certains personnages : cela fait longtemps qu'il a épuisé les emblématiques Aragorn et Legolas, et j'ai droit parfois à des gloses inspirées sur des personnages inconnus style Huan, chien de Celegorm. Je ne l'avais pas vu depuis 7 ans en 2003 quand il m'a convié à un tournoi de Magic (de façon indirecte, style partage d'évènement sur Facebook). A Magic il joue noir, très noir, un jeu de décrépitude et de mort, il a d'ailleurs un adage : "Le Jeu Noir commence à s'exprimer quand son propre joueur est à moins de 3 points de vie. " ; moi je joue noir / blanc mais fourbe comme un bleu, quand je veux bien du moins gagner à tout prix, ce qui n'est pas dans ma nature. Je ne l'avais pas vu depuis 7 ans, et en 7 ans il s'était passé bien des choses, et l'une de ces choses, c'était La Geste de la Glace et du Feu.

Je lui présente mon jeu à couper et je lui dis :

- Bon, le trône de fer ?
- Très bon.
- Très bon ? Les rois maudits - avec des dragons. Le meilleur ouvrage de Fantasy !
- C'est très bon mais je le mettrais juste en dessous du Seigneur des Anneaux.
- Bon, Jon Snow, Rhaegar...
- Oui, Jon Snow est un Targaryen.

L'essentiel ayant été dit, nous avons enfin pu jouer.

Confronté au triste constat que je ne pourrais dans toute ma vie lire tous les livres et voir tous les films, je consacre une partie de mon temps à chercher ce qu'il y a de meilleur. En 2000 nous avions encore des espaces vierges de censure et de publicité orientée comme l'était Usenet, et le mot geek et ses effets de mode associés (le fanboyisme) n'étaient pas un bruit couvrant comme aujourd'hui le signal du bon sens.

Usenet était un espace où les écrivains s'exprimaient et lisaient - le twitter de l'époque. Pratchett en était un utilisateur notoire.

Après la parution du 3ème livre - A Storm of Swords, publié en 2000 - , une théorie a commencé à devenir très populaire dans ces newsgroups : Jon Snow serait en fait un Targaryen.



Voici quelques faits sur Jon Snow. Je vous passe les détails de localisation géographique qui confirment les points de la théorie.

Jon Snow est brun, il a un visage allongé et les yeux gris. Il est indéniablement Stark.



Officiellement, il est le bâtard de Ned Stark avec une inconnue, une mystérieuse Wylla, nommée une seule fois, et dont aucune occurrence concrète n'existe dans la série..

A présent, tout développement complexe mis à part, peut-on imaginer Eddard Stark, droit comme la justice et la glace, fricoter avec une dame de compagnie d'une maison inférieure ?

Voici les éléments qui tendraient à nous faire penser que Jon Snow serait de sang Stark mais également de sang Targaryen :

- Fact, Rhaegar a "emmené de force" Lyanna, soeur d'Eddard Stark, lors d'un tournoi. Lyanna était l'interêt amoureux de Robert Barathéon. L'histoire officiel évoque un viol, mais en vrai ?

- Fact, Robert a défait Rhaegar lors de la bataille du trident (l'affaire des rubis qui volent dans la rivière) moins pour gagner la guerre que "pour ce qu'il avait fait à Lyanna".

- Sur son lit de mort, les derniers mots de Lyanna furent "Promets moi, Ned"...quelle promesse ? Celle de protéger le fils de Rhaegar, l'homme qu'elle aime ?

- Lorsqu'Eddard se souvient des circonstances de la mort de Lyanna, il évoque "du sang et de la fièvre"...ce qui est interprété par certains lecteurs comme la circonstance d'un accouchement qui se termine mal.

- Le Grand Maître de la Garde de Nuit est un Targaryen. Et il a choisi de former...Jon Snow.

- La saga s'appelle quand même La Geste de la Glace et du Feu...autrement dit l'alliance de Jon Snow, le Targaryen du froid et de Daenerys, la mère des dragons du désert.

Il existe de nombreux autres détails appuyant aujourd'hui (juste avant a Dance with Dragons) cette hypothèse - comme, par exemple, le fait que la garde royale protégeait Lyanna à cette époque, suggérant que l'enfant qu'elle portait était un éventuel héritier.



Comme vous pouvez le voir en 2002 dans le message suivant, la théorie Jon Snow de sang Targaryen était déjà bien usée et re-usée.

https://groups.google.com/group/alt.fan.grrm/msg/e1d8d36b0b3f4356?hl=fr&pli=1

A vrai dire, j'en tellement persuadé avant la sortie de A Dance With Dragons que Jon Snow, Targaryen, terminerait avec Daenerys, Targaryen, que je me demandais s'il y avait encore le moindre intérêt à lire la suite...

Il faut voir que c'est à l'apex de la célébrité de la série de GRRM, vers 2009 quand on a entendu bruisser les rumeurs d'une adaptation en série, que cette théorie est encore revenue en force. Et à ce moment là, alors que GRRM allait publier la suite, celui-ci a déclaré que ce volume était "trop gros" et qu'il fallait "le couper en deux" et "tout le réécrire finalement".



Pourquoi ? Peut-on imaginer que face au fait que les lecteurs assidus aient deviné la fin, il a voulu changer quelques éléments ? Ceux qui ont lu A Dance With Dragons pourront le penser.

Pourtant dès 1 999 GRRM connaissait tout de sa saga, et je veux bien le croire : on n'avance pas dans un tel univers touffu et cohérent (seul le Dothraki a été écrit au feeling parce que "ça sonnait bien" - un vrai linguiste a structuré une langue fictive pour le Dothraki de la série) sans en connaître la finalité. On connaît même les titres des ouvrages à venir, dans leurs belles allitérations et assonances :

The Winds of Winter
A Dream of Spring

En 1 999 toujours, lors d'un évènement organisé par le magazine SF Event horizon, une fan a demandé à notre ours des montagnes :

With the way people die in your books, will anyone be alive by the last one ?

GRRM répond alors :

No one will be alive by the last book. In fact, they all die in the 5th. The 6th one will be just a 1000-pages description of snow blowing against the graves.





A l'époque, seuls 6 livres étaient prévus, mais comme vous le savez désormais le 5 a été coupé en deux.

Alors la réponse de GRRM, sarcasme ou réponse sérieuse ?

On peut être certain que le prochain volume, le 6, va être particulièrement meurtrier...



Petit le-saviez-vous sur GRRM :

1) GRRM a scénarisé quelques épisode de "La Belle et la Bête", une série adaptant le conte à une époque moderne. D'une façon plus générale, on retrouve ces thèmes de la belle et la bête dans ses personnages préférés : Sansa et le Limier / Tyrion et ses amours...GRRM est-il lui même une bête qu'une belle aurait un jour repoussée ?

2) La nouvelle préférée de GRRM écrite par GRRM est "la tour de cendres" - une histoire vaguement SF avec des araignées venimeuses qui repose encore sur un amour contrarié.

3) GRRM porte une alliance aux motifs celtiques, joue aux jeux de rôle sur table...ouais, c'est le genre de mec qui traîne à Starplayer samedi.

4) La devise de GRRM pour écrire de bons livres est : "Avant toute chose : se documenter. Se documenter. Se documenter. ", ce qui est le meilleur conseil jamais donné pour ce type d'exercice.




Valar Dohaeris !

dimanche 13 mai 2012

Etude sur le Top-tweet et proposition d'algorithme

Bonjour,

Dans cet article je vous propose humblement un algorithme qui pourrait être celui du top-tweet. Humblement car bien entendu dans l'inconnu rien n'est certain et il n'est pas rare que je fasse des erreurs de raisonnement.

Je vais supposer que vous êtes familier de twitter, un réseau social d'où la majorité de vous, lecteurs de cet article et de ce blog de façon plus générale, êtes issus.

En plus de publier les tweets de chaque utilisateur, le service en ligne Twitter propose un certain nombre de services essentiels, les trendings topics notamment (d'un intérêt économique capital, j'espère en parler dans un prochain article, et dont l'algorithme est en revanche beaucoup plus simple), mais aussi la hiérarchisation des tweets publiés suivant un thème précis, la suggestion de followings...etc...

Nous allons nous pencher sur le "top-tweet".


Twitto tentant le top-tweet

Twitter sélectionne, par groupement linguistique, certains tweets selon une méthode non dévoilée, officiellement automatique. Ces tweets sont supposés être représentatifs de twitter "here and now". C'est un arrangement dynamique, dont la fréquence de publication est régulière.

Les top-tweets étaient auparavant publiés sur la homepage de twitter. Désormais, ces tweets sont simplement retweetés par @toptweets_fr.

Avant d'aborder l'étude proprement dite de la structure du top-tweet, posons nous la question de l'intérêt concret du top-tweet.

Pour beaucoup d'habitués de twitter, être top-tweet revient à recevoir une forme de reconnaissance sociale, un peu comme la légion d'honneur ou le bon point de votre école primaire. Mais à part la gloriole ?


@desgonzo tentant le top-tweet © @thelightcarrier

Autrefois, la visibilité d'un "top tweet" était considérable : non seulement elle était sur le compte @toptweets_fr, mais également sur la homepage, c'est à dire visible par toutes les personnes utilisant twitter depuis le client web et se loguant. Cette différence est cruciale : si vous vous connectiez depuis votre machine (oui, vous, là au bureau, qui le faites en session privée pour ne pas vous faire prendre par votre boss) 10 fois par jour sur twitter, vous aurez vu 10 fois les top-tweets courants.

Aujourd'hui être top-tweet revient à être retweeté par @toptweets_fr, c'est à dire être retweeté par un compte supposé de qualité et visible par tous ses followers, c'est à dire au moment de l'écriture de cet article 200 192 personnes.


Quelques top-tweets

C'est pas mal (surtout si vous avez seulement 17 followers), mais ce n'est pas le saint Graal de l'audience twitter. Ainsi, si par exemple vous êtes retweeté par Nikos Aliagas (@nikosofficiel), 301 061 abonnés au moment de l'écriture de cet article, vous bénéficiez d'une audience 1,5 fois plus étendue.

Autre argument, à la différence de la formule "top-tweet sur homepage" antérieure, le fait d'être dans un compte @toptweets_fr vous offre une publication ponctuelle dans une timeline. Ainsi, si vous êtes toptweet à 10h du matin (bon créneau d'audience, râlez pas), quelqu'un qui se logue à 18h et qui a, par exemple, 300 abonnements (en moyenne les twittos actifs, donc susceptibles de vous retweeter à leur tour ou de s'abonner ont bien plus), vous zappera complètement. Note : les applis Ipad de Twitter montrent les top-tweets sur un espace spécial, mais les utilisateurs de smartphones n'ont absolument pas de vision sur le sujet.

De plus, @toptweets_fr retweete avec l'impassibilité d'airain des mathématiques ; sans volonté malicieuse ou d'espérance. Ainsi, si vous dites une bêtise énorme ou commettez une faute de communication classique, apanages de Mickael Vendetta et autre-ancienne-ministresse-de-droite-dont-je-tairais-le-nom, des twittos pourront vous retweeter par moquerie ou pour vous mettre face à votre propre indigence. De même, @toptweets_fr n'est d'aucun clan et d'aucune filiation : il ignorera la subtilité d'une ironie pour privilégier la platitude d'un lycéen, il n'a pas la mission de s'autopromouvoir ni d'élever le niveau du média twitter, il en est juste une photographie sans photographe.

Ce melting-pot sans politique éditoriale douée de conscience n'est pas garant  de qualité ni de compatibilité avec votre propre plaisir de lecture (je vous laisse le constater). Les lecteurs ne vont pas forcément vous retweeter à leur tour, vous favoriter...etc...au contraire, quand un compte bien dodu et rempli de followers-fans vous cautionne, il met en quelque sorte sa propre image au service de la vôtre ; il dit de vous à ses followers "vous m'aimez ? vous l'aimerez. ".


Mon 1er top-tweet. J'ai été si triste que ce soit pour dire du mal de quelqu'un.
Mais ainsi va le monde. Qu'il est doux de villipender.

Pour vous donner une idée, à titre personnel, être top-tweet (cela m'est arrivé 19 fois) m'a rapporté en moyenne "seulement" 100 followers. Un FF bien tourné de @landeyves, 27 000 followers à l'époque, m'en a rapporté 400 en deux jours. Et sur twitter, les tweets passent, mais les followers, si vous êtes fidèle à vous même et sincère, les followers restent : ils sont, tous comme les chiffres de vente d'un livre, les seuls indicateurs de votre performance ; et encore, on achète parfois des livres pour se la jouer, pour offrir ou pour décorer, là, si on vous suit, c'est pour vous lire et uniquement vous lire.


Dogbert, un twitto comme les autres

Scott Adams, créateur de Dilbert, a déclaré : "si quelqu'un dit que votre travail est bien, cela ne veut rien dire. [en raison des conventions sociales, ndfb] En revanche, si quelqu'un prend votre travail et dit : écoute, c'est très bien, j'ai envie de le montrer à un ami ! - là, vous pouvez être certain que vous avez fait du bon travail. " C'est le principe, la gloire et la beauté de Twitter, ce nouvel espace littéraire de vrais durs ; c'est aussi la substance d'une vraie bonne recommandation - les FF du vendredi, ou les retweets réguliers.

Autre point, qui suit @toptweets_fr ? C'est un vaste et long débat, on pourra en parler un jour, mais quand quelqu'un s'abonne sur twitter, il est invité à suivre un certain nombre de comptes - en fait invité est un mot poli pour obligé. Les grands comptes francophones ou institutionnels sont suggérés, au rang desquels @toptweets_fr. Ainsi ce compte est également suivi par le bot du coin, l'entreprise de bronzage ou de réparation de pare-brise qui est là pour de la visibilité, les comptes de tests fictifs ou expérimentaux...tandis que ceux qui suivent des personnalités particulières le font pour une raison déterminée.

Enfin, et ce sera le dernier point, @toptweets_fr vient vous féliciter après la bataille. Le flux d'abonnements suite à un top-tweet ne sont généralement pas du à la qualification en tant que top-tweet de votre tweet, mais tout simplement à la reconnaissance de votre tweet comme bon. Les gens apprécient votre tweet, le retweetent, s'abonnent - et x secondes, minutes plus tard, ce processus ayant rencontré certaines conditions détaillées ci-dessous, vous êtes top-tweet. Fin de l'histoire, votre tweet peut désormais sombrer dans l'oubli.

La situation francophone, française et presque parisienne (on pourrait zoomer sur le 10ème arrondissement de Paris, voire jusque dans l'appart de @vincentglad) de twitter nous donne un usage particulier de celui-ci, dans une continuité d'une certaine déontologie de lecture / écriture classique - la présence, nombreuse, de journalistes tous statuts confondus (entendre par là : un max de stagiaires donc un peu idéalistes) n'y est pas pour rien. Ainsi Twitter est d'un usage "évident" pour vous français : vous aimez quelqu'un, vous le followez. Vous ne l'aimez pas, vous l'unfollowez.


Et @vincentglad, comme nous tous, observe le flux des followers des autres


Aux Etats Unis, dans la moyenne des comptes (vous avez bien lu : la moyenne des comptes, c'est à dire les twittos actifs moyens, me sautez pas dessus hein), c'est très différent, la stratégie d'accumulation de followers est plus importante que la qualité de publication et cette dernière n'est pas un argument fort pour capter du follower. En fait, tweeter devient moins important que récupérer de l'audience (par des techniques de style farming par followback massif, etc...).


Lady Gaga (ou quelque esclave) a cliqué 140 000 fois sur "Suivre un twitto",
ce qui correspond à taper un roman (très ennuyeux) de 70 pages.
Voici une perversion typique de twitter : il est impossible, même sous
forme de liste, de suivre 140 000 twittos. Ce compte n'existe que
pour l'accumulation de follower et la promotion d'informations.
En échange, qu'obtiennent les twittos suivis, sinon la certitude
qu'ils seront méprisés ? (réponse : être dans les suggestions
de 24 millions de twitter, ce qui est énorme).

C'est une perversion classique d'un domaine libre qui devient économique ; exactement comme le marché du football où la cote des clubs et des joueurs, leurs échanges, devient plus importante que les matchs eux-mêmes. Virtuellement, c'est le cas également le cas de la simulation de clubs de football Hattrick. Réunissant des centaines de milliers de joueurs en ligne, ce qui était au début un jeu pour créer une équipe parfaite et remporter des tournois est devenue un jeu de cote boursière de joueurs. Idem avec l'exploitation chinoise de Wow...etc...

Dans ce contexte, être top-tweet devient un réel enjeu : vous êtes répertorié dans des classements spéciaux, vous êtes un référent de dynamique d'audience indépendamment de ce que vous tweetez : mes remarques précédentes sur la captation d'audience deviennent absurdes.

Ceci ayant été dit, penchons nous sur les top-tweets.

On peut déjà constater que les top-tweets ne sont pas "simplement" les tweets les plus retweetés.

Je parle en conséquence de cause puisqu'il m'est arrivé d'être top-tweet avant d'arriver aux 50 retweets - observation empirique et soumise à la latence des serveurs. Et c'est normal : la loi des chiffres montrerait alors qu'en moyenne des tweets médiocres de comptes à +300K seraient systématiquement plus retweetés que ceux particulièrement plébiscités des comptes à +1K followers..

Il faut donc pousser la réflexion plus loin.

On peut poser les hypothèses suivantes sur la base du constat et du bon sens :

1) Le nombre absolu de retweets ne compte pas, mais le retweet étant la seule forme d'interaction pure (avec les favoris), les retweets doivent être pris en compte d'une certaine façon. (interaction pure =/= réponse à un tweet)

2) Les favoris sont, en France, utilisés à raison de 1 sur 100 retweets (statistiques perso). Ils pèsent peu dans la balance et je propose de les considérer en terme de poids comme un retweet.

3) Le top-tweet, comme les trendings topics, sont liés à une actualité, à une "photographie de l'instant". Ainsi, si un tweet plébiscité obtient, disons, 50 000 retweets étalés sur 10 ans, seuls les premiers instants comptent. Il arrive que des tweets anciens, comme des serpents de mer, reviennent en popularité (enfin, pas plus anciens que la barrière actuelle des 3 200 tweets), mais jamais jusqu'à la place du top-tweet (sauf plagiat).

4) On remarque qu'hormis les gros clients du top tweet (@Maitre_Eolas, @landeyves...), il n'est pas rare d'avoir des comptes au nombre de followers modeste : 500, 1000, 1500 publiés en top-tweet.

5) Il n'existe pas de moyen, à ma connaissance, de tweet-bomber l'algorithme comme une opération de google bombing. Autrement dit on ne peut pas faire cette opération fictive : vous avez 2500 faux comptes (ca arrive...) qui retweetent votre tweet et vous êtes top-tweet.

6) Par extension, si vous avez un "bon ami" style Nikos "300K" qui retweete votre tweet, ce n'est pas par une action, celle de son retweet, qui va positionner votre tweet en 1ère position. Déjà parce que ce serait une façon de tweet-bomber, et d'autre part parce que cela laisserait l'outil top-tweets dans les mains d'une oligarchie médiatique.

7) La puissance de calcul des serveurs de twitter est limitée, et l'algorithme top-tweet n'est plus une priorité pour l'entreprise.

8) Il n'y a pas de liens entre action d'être abonné et top-tweet. Si la captation d'un nouveau follower était un produit, on pourrait dire que le taux de transformation de votre communication n'a pas d'influence sur l'algorithme.

9) Un tweet "très retweeté" n'est pas "énormément" retweeté. Le "Yes we can" twitté par Obama a été retweeté 17 571 fois, soit quasiment 1000 fois moins que le nombre de ses followers.



Des conclusions possibles (et personnelles, nous sommes dans la spéculation) se dégagent de ces constats :

- la dimension virale ou "degrés de séparation" doit être prise en compte.
- il existe peut-être une pondération relative des tweets et des twittos
- le calcul si possible doit se faire avec le moins de variables en temps réel, à savoir le temps et le nb de retweet. (c'est un peu obscur mais ça prend du sens ensuite)

Sur la base de ces 3 conclusions on peut monter plusieurs modèles, en voici un que j'espère cohérent.

Parlons déjà d'audience.

Klout, un évaluateur d'influence numérique populaire, donne un score un peu biaisé (basé entre autres sur le fait qu'on parle de Klout, quel suicide...) mais dans son calcul parle du fameux "true reach".

Le true reach est le nombre de personnes que vous touchez par vos publications numériques.

Ce n'est pas simplement le nombre de vos followers twitter, facebook (enfin, j'espère pas pour Klout...cet article semble le dire, mais il s'avère faux pour des comptes français http://www.cloudave.com/14706/klouts-true-reach-simply-your-follower-count/ ). Le true reach correspond plus largement à la circonscription de territorialité d'audience.

Nous allons introduire arbitrairement des indices qui nous seront utiles par la suite pour borner des mesures de propagation :

Taux de Retweet Moyen 0 (du compte twitter, sur une période récente) = Nombre de retweet du compte / tweets du compte

Taux de Retweet Moyen de niveau 1 = Somme des Taux de Retweet des followers du compte

Taux de Retweet Moyen de niveau 2 = Somme des Taux de Retweet des followers des followers du compte

...etc...

Plus les niveaux augmentent, plus le taux associé est important (même s'il n'est que de 0.5 par compte, cela augmente exponentiellement).

On définit ainsi des "territoires d'influence potentielle" qui s'ouvrent progressivement.

Vous allez me faire remarquer que dans le Taux de Retweet Moyen 0, on compte la totalité des retweets et parmi eux des retweets de retweets, donc des retweets de niveau 1. En pratique c'est très rare. Vous vous faites retweeter par vos followers. Les rares cas où vos tweets pénètrent de façon significative des groupes de twittos éloignés de 1 ou 2 degrés de vos followers est justement...lors des top-tweets.

Le fait de prendre en compte les degrés de séparation et l'activité des comptes permet d'une part d'empêcher le risque de subversion de l'algorithme et émule naturellement la progression d'un meme social.

En gros, on est pas dans "son clan", à se dire nos petites private jokes.

Ainsi, en dépit de la fédération intense de millions de fans (francophones), Justin Bieber, s'il truste de façon constante les trending topics, ne truste pas le top-tweet board car les informations ne se diffusent pas en dehors de "la cour de récréation".


Pris comme un Messie par des gens ternes

Maintenant que nous avons cerné différentes zones de retweet parlons de dynamique de propagation.

En terme de viralité, une information ne se définit pas seulement par une vitesse (par exemple nombre de retweets / minute), mais également par une accélération ((nombre de retweets / minute) au temps 2 / (nombre de retweets / minute) au temps 1).

C'est un peu comme si vous criez "au feu !" dans un stade. Vous n'allez le pas le dire à une personne A qui va la dire à une personne B...etc...chaque personne, dès qu'elle aura l'information, va la crier à toutes les autres à sa portée.

Dans ce cadre, imaginons qu'un tweet soit retweeté au delà des limites de votre true reach, mais blang, se cogne soudainement contre un public non réceptif (hors de votre clan ou de votre groupe sociologique) : il n'y a aucune raison de le placer en top-tweet.

A présent voici ma proposition d'algorithme, qui prend peu de ressources machine pour sa mise en oeuvre.

- Considérons qu'à chaque compte twitter on calcule toutes les 24h son taux de retweet moyen de niveau 0 et 1 et on les lui associe.

- A chaque tweet lancé, on compte le nombre de retweets, et on note 3 informations :

1) date DC à laquelle le tweet est créé
2) date D0 à laquelle le nombre de retweets atteint votre taux de retweet moyen de niveau 0 (TRM0)
3) date D1 à laquelle le nombre de retweets atteint votre taux de retweet moyen de niveau 1 (TRM1)

On obtient un Taux d'éligibilité au top tweet T qui serait le suivant :

T = ((TRM1-TRM0)/(D1-D0)) / (TRM0/D0)

Prosaïquement, D0 est le moment où votre tweet est "plus retweeté que votre moyenne" et D1 le moment où votre tweet "commence à être retweeté par les followers de vos followers".

Plusieurs cas de figure sont ainsi possibles :

- Votre TRM0 est égal à 0 : vous n'avez pas de follower, vous ne pourrez pas être top-tweet.
- La date D0 n'arrive jamais : vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- La date D1 n'arrive jamais : vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- La date D1 arrive 1h après D0, vous ne serez pas top tweet et l'algorithme ne s'applique pas
- T est inférieur à 1 : vous avez atteint un taux de propagation supérieur à 2 degrés de séparation, mais dans une dynamique de propagation qui s’essouffle. @toptweets_fr vous place en favori, mais ne vous retweete pas.
- T est supérieur à 1 : félicitations, vous êtes éligible pour le top tweet ! Mais peut-être existe-t-il d'autres personnes aussi performantes que vous dans la tranche horaire de sélection. Les tweets concernés sont triés par ordre de T décroissant, et le T le plus élevé est sélectionné pour retweet, les autres placés en favori.


Parfois, abandonner requiert du courage

Quelles conclusions tirer de cette proposition d'algorithme ?

Premièrement, qu'il est plus facile d'obtenir un top-tweet avec des petites valeurs de TRM0 et de TRM1, donc en ayant peu de followers, moins de 1 000. Ou, dans le cas totalement inverse, en ayant une audience massive avec plus de 50 000 followers.

Deuxièmement, que la nécessité d'avoir des retweets rapides et augmentant en vitesse peu après la publication du tweet implique que vos followers soient actifs au moment de sa publication. Évitez donc de publier vos bons mots à 3h du matin.

Troisièmement, que la dimension virale est plus importante que le nombre absolu de retweets, et qu'il faut toucher par votre tweet les membres en dehors de votre sphère d'amis / de spécialité / clanique et qu'ainsi les tweets "universels" ou transversaux sont privilégiés. Les bons mots opposants les hommes aux femmes ou le bon vieux temps au moderne, les considérations générales sur twitter lui-même, le relais d'une information d'actualité capitale, les opinions politiques généralistes sont des éléments plus susceptibles que d'autres de se retrouver en top tweet.

Troisièmement - corollaire, qu'il faut à terme diversifier sa communication. Si vous parlez non-stop de cosmétiques, parlez de temps de jeux vidéo ; si vous êtes dans l'humour absurde, tentez une considération philosophique intime. Essayez de toucher ce public qui rêve de vous connaître et qui est simplement voisin de vos voisins.

Pour finir cet article ne répond pas à une question fondamentale : comment réaliser un tweet qui soit retweeté ?

Réponse : soyez sincère, c'est tout.

FibreTigre
@FibreTigre

dimanche 6 mai 2012

Le casse-tête de la carte céleste

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet passionnant que l'on m'a confié et sur lequel j'espère vous en dire bientôt plus, j'ai du réaliser une carte céleste des "environs" de notre système solaire.

Dans le cadre de ce travail, j'avais deux contraintes :

- établir une carte "réaliste", c'est à dire correspondant à une réalité scientifique
- établir une carte "amusante" ou "propice à l'aventure"

Une carte céleste, cela ressemble en gros à cela :



Ce n'est pas du tout utile pour parler d'une histoire dans l'espace, car c'est "le ciel vu de la terre". Autrement dit, le système solaire n'y est pas représenté.

Il faut donc trouver une carte des environs de la terre, comme si c'était une géographie, avec des pays. Si un jour nous conquerrons l'espace, c'est ce type de représentation qui certainement sera la plus commune.

Une carte "Héliocentrique"

Cette représentation nous rappelle que nous sommes dans un monde en 3D. 

Cependant, sur de vastes distances, cette 3D est négligeable : la galaxie est une spirale aplatie.


J'ai pensé que ce serait très chouette de repérer des endroits cools de la galaxie et de ses environs, de les mettre sur une carte héliocentrique façon 2D, et ensuite de représenter cette carte façon carte médiévale ancienne, dans lesquelles ils mettaient des petits dragons dans les coins.

Cela permet d'avoir une carte fonctionnelle, jolie, et oh, si on creuse bien, réaliste scientifiquement.

Here be Dragons

Donc j'ai relevé des choses vraiment sympa : Proxima du Centaure, parce que c'est l'étoile la plus proche, Betelgeuse, parce que c'est une étoile immense (des centaines de milliers de fois notre soleil), le Pulsar de la nébuleuse du Crabe, le Centre de la Galaxie qui accueille un titanesque trou noir (!)...

Mais je me suis retrouvé face à un problème. 

Voilà une tentative de carte (c'est moche et sommaire hein) :

(cliquez pour mieux voir)

Voici des étoiles avec entre parenthèses la distance avec le soleil. 

On remarque très rapidement qu'il est très difficile de mettre lisiblement sur la même carte Proxima du Centaure (qui est à 4 années lumière) et le Centre Galactique (qui est à 20 000 années lumière). Sur du papier millimétré, pour conserver l'échelle, j'aurais besoin d'une carte de 20 mètres !

Une solution aurait été d'utiliser un système de zoom pour les environs du système solaire.

Par exemple cette carte de l'univers Star Wars propose des zooms pour les planètes d'intérêt que l'on retrouve dans les films de la licence : 


Mais cela me pose plusieurs problèmes : c'est très "technologique" (une carte classique ne propose pas de zoom), cela rompt la continuité de l'ensemble et cela propose une dynamique de présentation qui me gêne : je ne veux pas que les gens pensent que j'ai "arrangé la réalité" pour que certains éléments soient mis en valeur.

Il me fallait un moyen simple et naturel d'améliorer la lisibilité.

C'est alors que j'ai songé à utiliser un système de carte logarithmique (de 10). Sous ce nom un peu barbare se cache un concept très simple :

- je fais ma carte sur du papier millimétré. Le système solaire est en position (0,0).
- les encoches de 0 à 10 millimètres sur le papier représentent 1 année lumière
- les encoches de 10 à 20 millimètres à distance du soleil représentent 10 années lumière (on change d'échelle !)
- les encoches de 20 à 30 millimètres représentent 100 années lumière

et ainsi de suite...

Notre carte devient ainsi lisible et peu représenter de vastes distances sans perdre de sa praticité :


On peut représenter ainsi le centre Galactique (27 000 AL) ou la Galaxie naine de la Carène (360 000 AL) avec lisibilité aussi bien que Vega à 25,3 AL.

C'est un système de "zoom dynamique" en quelque sorte.

Avec ce système, notre galaxie qui devrait normalement être représentée ainsi :


est déformée sous la perspective dynamique, elle devient quelque chose comme ceci (c'est dessiné par moi à la souris, hein, c'est pour vous donner une idée) :


Les points de repère ainsi placés, la carte est réaliste scientifiquement. 

Tout est prêt pour que l'artiste fasse une belle mise en forme de cette carte ! Mais si son travail est essentiel et qu'au final on jugera essentiellement son trait, vous pouvez constater que le travail préliminaire et les tâtonnements pour placer les fondations n'ont pas été sans réflexions et astuces !

A bientôt sous de lointaines étoiles...